Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Historiques Jumelages
 ↑  
Visites

 1460836 visiteurs

 21 visiteurs en ligne

Nouveautés du site
(depuis 30 jours)
Flash infos

 - Consultez nos divers articles dans "NOUVELLES"

avec programme détaillé du 'Printemps du Cinéma allemand' à La Ferrière

-----------

Le COMITE de JUMELAGE de L' ILE D'OLONNE/VAIRE organise un voyage dans sa commune jumelle HEIMENKIRCH (Bavière) du 27 avril au 1er mai 2018.

Infos: 02 51 23 18 92

-----------

l' A.E.I.N. de La Roche sur Yon - semaine allemande du 7 - 13 Mai - Grande Soirée de Gala avec animations samedi 12 Mai. Infos: 02 51 36 13 29.

--------------

A prévoir d'ores et déjà: Grand FORUM franco-allemand aux Herbiers.

l'A.J.V.A et ses partenaires allemands s'y présentent le 27 octobre 2018.

-----------

Nouvelles
LE SAVIEZ-VOUS? - par ajva le 27/03/2018 @ 12:35

Länder ou Régions ?

Les journaux français sont coutumiers de phrases du type “dans les länder (régions allemandes)…” semant ainsi la confusion de la définition politique française de la Région avec celle, allemande, du Land. Pourtant les deux notions n’ont rien de comparable.

Land c’est d’abord la terre ferme émergée, puis la terre arable et, par extension, la campagne par opposition à la ville, voire un paysage typique. Dans ce cas Land et région peuvent se ressembler.

Mais, en politique, le mot Land a le sens du français Etat, à savoir un espace délimité par une frontière et avec son gouvernement propre. Les Régions sont des subdivisions politiques et administratives de l’organisation décentralisée de Etat français. Les seize Länder sont des Etats unis en fédération (littéralement Bund).

Quand un Land légifère en matière d’éducation, la RFA ne mène pas une politique décentralisée de l’enseignement, simplement le Bund n’a que peu de compétence en la matière. La RFA n’est pas un état décentralisé, mais un ensemble d’Etats qui ont centralisé et délégué certaines compétences à un gouvernement commun. Entre Etats et Gouvernement fédéral règne, comme en Europe et dans toutes les Fédérations, le vieux principe de la subsidiarité : tout problème politique est à régler au niveau le plus bas, à moins qu’il soit trop faible pour le résoudre seul. Ce principe de hiérarchie montante des niveaux de décision plonge ses racines loin dans le temps, jusqu’au mythiques “libertés germaniques“, objet de disputes interminables entre historiens et idéologues. La plupart des nations germaniques nées de l’ancien Saint Empire Romain sont (ou étaient) des fédérations : l’Autriche, la Suisse (*), la Belgique, l’Allemagne (**), les Provinces Unies (***). Aux Etats-Unis la Fédération repose même sur la souveraineté de l’individu, avant celles des organisations politiques aux souverainetés étagées depuis la commune jusqu’à la fédération.

Cette idée fédérale qui est liée à la notion politique de subsidiarité des pouvoirs est étrangère à l’unitarisme du Royaume de France, puis de la République Française.

Depuis la plus haute antiquité, les Allemands n’ont connu que 12 ans d’unité qui n’ait pas été fédérale, durant la parenthèse national-socialiste d’Hitler, ainsi qu’à l’Est durant les 41 ans du régime communiste (**). En 1945, les Alliés avaient rétabli les Länder abolis par Hitler. La nouvelle fédération occidentale date de 1949, unie avec les nouveaux Länder de l’Est en 1990.


(*) La Confédération helvétique repose encore sur une autonomie communale très développée, dans le cadre de Cantons ayant rang d’Etats. 


(**) Les Fédérations successives ont été le Royaume des Teutons ou Regnum Teutonicum au sein du fédéral Saint Empire Romain  (911-1806), Le Fédération du Rhin ou Rheinbund (1806-1815), la Fédération Allemande ou Deutscher Bund (1815-1866 ), la petite Fédération Nord Allemande ou Norddeutscher Bund (1867-1871), Le Deutsches Reich (1871-1949) et la Bundesrepublik de 1949. 


(***) L’actuel Royaume des Pays-Bas (depuis 1839) est devenu unitariste au moment de la Révolution. D’abord Provinces-Unies  (en 1579), ensemble de sept provinces indépendantes les unes des autres (pouvant lever les impôts et armées séparément), elles sont devenues République batave (1795) et Royaume de Hollande (1806) sous la tutelle française napoléonienne.


NB : Cet article a été publié initialement dans le N° 202 des “Rencontres Franco-allemandes” publié par les Echanges Franco-Allemands

article vu sur le site de « FAFA pour l’ Europe » (du côté des clichés...)


Un peu d'Histoire commune - il y a 200 ans ... - par ajva-dormiex le 27/03/2018 @ 00:08

SOURCE: Ambassade d' Allemagne - extrait

23.03.2018 - Article

Le 4 février 1818, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III achetait à Paris l’hôtel particulier d’Eugène de Beauharnais, pour en faire sa légation. Ce joyau d’architecture, devenu résidence de l’ambassadeur, a fété le 21 mars ces 200 ans d’histoire partagée.

Le prince avait besoin d’argent. Le roi voulait un pied-à-terre prestigieux. Le 4 février 1818, Eugène de Beauharnais (1781-1824), fils de l’Impératrice Joséphine et vice-roi d’Italie, cédait son hôtel particulier parisien au roi de Prusse Frédéric-Guillaume III. Le prix fixé (575 000 F) était inférieur à celui demandé (plus de 900 000 F). Mais il reflétait la magnificence de ce bâtiment construit entre 1713 et 1715 par Germain Boffrand, qu’Eugène de Beauharnais avait réaménagé au prix de dépenses somptuaires (fustigées par son beau-père, Napoléon Ier) entre 1803 et 1817. 

L’intérêt du roi de Prusse pour cette demeure de luxe remontait au printemps 1814. Lors de la bataille de Paris et de l’entrée des coalisés dans la capitale, l’Hôtel de Beauharnais lui avait servi de quartier général. À partir de 1816, il le loua pour héberger sa légation à Paris, puis il eut l’opportunité de l’acheter. Le comte Heinrich von der Goltz, qui avait mené les négociations de paix avec la France à la fin de l’ère napoléonienne, s’occupa des tractations. Il devint le premier légataire prussien à y résider.

Frédéric-Guillaume III effectuait de fréquents séjours privés à Paris. Comme le souligne l’historien d’art Jörg Ebeling dans un récent ouvrage (Le style Empire, l’Hôtel de Beauharnais à Paris, 2016), son installation à l’Hôtel de Beauharnais reflétait le nouveau statut de la Prusse sur la scène européenne après la victoire contre Napoléon. Il lui offrait aussi le plaisir d’une demeure de charme située en bord de Seine, en plein cœur de Paris, et « dont le mobilier choisi et luxueux n’avait pas son pareil à Berlin, ni à Potsdam ».

Artistes et diplomates

Mais le roi de Prusse n’était pas le seul à goûter le charme de la capitale française. À partir des années 1820, l’Hôtel de Beauharnais devint un pôle d’attraction pour d’innombrables visiteurs allemands. Outre des princes et le roi Louis II de Bavière, on a pu y croiser Alexander von Humboldt, les architectes Karl Friedrich Schinkel et Leo von Klenze. Le compositeur Richard Wagner y a composé L’arrivée des cygnes noirs, dont la partition est toujours conservée dans le salon de musique. Le peintre Max Beckmann y a assisté à une réception qu’il a immortalisée sur la toile La société parisienne (1931), conservée au musée Guggenheim de New York. En 200 ans, des dizaines d’artistes allemands et français s’y sont produits, rencontrés et mutuellement inspirés.

AL


UN EVENEMENT CULTUREL à ne pas manquer :

Le « Printemps du cinéma allemand » fête cette année sa 14ème édition.

Soutenue par le GOETHE INSTITUT, la chaine ARTE et le magazine VOCABLE, une nouvelle édition de cette quinzaine, unique dans le Département. Le tapis rouge et les palmiers seront là pour accueillir les spectateurs dans une ambiance conviviale, avec le souhait de toute l’équipe bénévole de créer une proximité particulière entre public et créateurs. Comme les années précédentes, le Festival est l’occasion pour les scolaires du département et leurs enseignants de venir à la rencontre des films et intervenants présents.

Au menu de cette année :

►la soirée d’ouverture le mercredi 4 avril avec la projection en Avant-Première de « TROIS JOURS A QUIBERON» de Emily ATEF (sortie en France : 13 juin 2018) qui fait revivre Romy Schneider sous les traits de Marie Bäumer, invitée (sous réserves) pour l’occasion.

►la soirée de clôture le mardi 17 avril avec un autre film présenté à la Berlinale 2018 : « TRANSIT » de Christian Petzold.

►la première projection en France de « LOTTE » premier film d’un jeune réalisateur berlinois, Julius Schultheiss en sa présence (et celle espérée de l’actrice Karin Hanczewski), lesquels iront aussi à la rencontre des lycéens Abibac et option audiovisuel du Lycée De Lattre de Tassigny.

►La projection en sortie nationale de « Mademoiselle Paradis », le nouveau film de l’autrichienne Barbara Albert interprété par Maria Dragus.

►Un ciné-concert le 13 avril avec le classique muet « Berlin Symphonie d’une grande ville » de Walter Ruttmann, accompagné en direct par le musicien de jazz Jean-Luc Béranger.

►Une soirée ARTE ouverte à tous avec la projection du film documentaire inédit sur un grand artiste : « BEUYS ».

►une nouvelle programmation scolaire de 3 films inédits et récents avec le Goethe Institut

►Une sélection de films allemands récents ou inédits en France accompagnés de débats avec des associations partenaires ( « AFLECH », « HERBE », « TERRE DE SIENNE », TRISOMIE 21 VENDEE ») :

«  24 SEMAINES », « AU CŒUR DE L’ALLEMAGNE : NSU », « EGON SCHIELE », « RETOUR A MONTAUK », « L’INTELLIGENCE DES ARBRES », « IN THE FADE », « WESTERN »….


 


 


 


 


 


Le CINEMA ALLEMAND en Vendée - LA FERRIERE... - par ajva le 14/03/2018 @ 23:23

Programme détaillé dans l'article 'programme exceptionnel'... .AFFICHE_CINE_ALLEMAND-petit.jpg


AG2017La_Tranche_photo.jpg



Quelques nouvelles des comités... - par dormiex le 14/12/2017 @ 17:48

Le 17 novembre 2017

l’ASSEMBLEE GENERALE de l’AJVA a eu lieu aux Sables d’Olonne aux locaux prêtés par le Comité de Jumelage local. Après une Conférence intéressante et vivante sur les origines des traditions de ‘Noël’ par Hans Herth, l’ Assemblée s’est déroulée selon l’ordre du jour avec adaptation des statuts et la nomination à l’unanimté de l’ ancienne Présidente Fondatrice comme Présidente d’Honneur. Un dîner convivial a clôturé la soirée.  

AG AJVA LS N0V.2017bis.jpg

Le Comité de Jumelage ILE D’ OLONNE/VAIRE s’est rendu au MARCHE DE NOËL de Heimenkirch pour y faire déguster des huitres, du Muscadet et le sel des sauniers du Pays des Olonnes. Ces produits peu connus dans l’ Allgäu (Bavière) ont toujours beaucoup de succès dans leur commune jumelle allemande. La neige était également au rendez-vous pour donner un air magique au paysage qui enchantait grands et petits.

promenade.jpg

stand.jpg


CONFERENCES

Hans HERTH, un conférencier hors pair, une salle attentive

L'ÉCONOMIE EST INSCRITE DANS LES GÊNES DES CIVILISATIONS

Les sondeurs, les politicologues, les économistes de tous bords...ne cessent de gloser sur l'économie allemande et la comparaison de sa santé par rapport à celle de la France qui peine.

Y a-t-il un modèle allemand et un autre modèle français ? Pour l'instant, un qui marche et l'autre qui souffre. Est-il possible d'aller piquer des recettes chez nos voisins pour nous améliorer ?

Une chose est sûre : le sujet désormais intéresse les français. L'économie s'invite dans tous les débats. Et durant ces mois de campagne électorale les orateurs candidats se jetteront des chiffres à la figure...sans proposer de solution pour reconstruire la dynamique économique à la Française.

A l' initiative de l'Association Entreprises des Olonnes EDO et de l'Association des Jumelages VENDÉE ALLEMAGNE AJVA, nous étions conviés à assister à une Conférence Débat sur ce parallèle entre les deux économies

UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE DE L'ÉCONOMIE COMPARÉE

Le conférencier Hans HERTH, sociologue franco allemand, ancien consultant a promené les auditeurs depuis l'antiquité jusqu'à nos jours pour montrer comment se sont forgées en France et en Allemagne deux mentalités économiques différentes, voire totalement divergentes.

"L'Allemagne n'a pas de politique industrielle mais elle a des industriels ", la France....chacun a pu compléter la phrase selon sa philosophie...

Depuis la nuit des temps le français chasse en solitaire dans le monde économique, l'allemand chasse en meute. Sa pauvreté en ressources naturelles l'a contraint à ce mode de gestion, "au perfectionnement du banal", au travail bien fait. Le travail est familal, collectif. La cogestion est possible, nécessaire en Allemagne.. 

La conclusion est cinglante. Il n'y aura pas de convergence entre les deux économies tant les mentalités sont tellement  différentes voire opposées.

Transcrit au niveau de l'Europe par le conférencier, cela signifie il n'y aura pas d'Europe intégrée mais l' une des  solutions serait l'Europe Fédérale avec des règles communes sur le plan fiscal, sur le plan social.

On peut changer des structures mais on ne peut changer aisément des mentalités.

Une soirée particulièrement enrichissante dont, en quelques lignes, on ne peut donner qu'un trés pale reflet.  Ce fut une démonstration aussi parfaite qu'aisée à suivre.

Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Facebook

facebook.jpg

News

BONNES OCCASES des VILLES JUMELLES"     C'est la rubrique pour vos offres / demandes. ex: Visites entre Villes-jumelles, covoiturages etc.. ajva85@yahoo.com - STAMMTISCH in La Roche s/Yon Vous voulez pratiquer votre allemand? Sie möchten Deutsch sprechen? Infos unter " ajva85@yahoo.com" ----------------------- Le prochain FORUM DE L'AJVA se tiendra AUX PAYS  DES HERBIERS   LE 27 OCTOBRE 2018 ----------------------

Vendée Le département

_CGV_LogoLeDepartement_VERTICAL_ED_Couleur.jpg
log1.jpg
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9txW
Recopier le code :
27 Abonnés
Diaporamas
Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 5 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!